Conseils

PEB et PAC - Investir efficacement:

 

ISOLER TRÈS BIEN !
MAIS À QUEL PRIX...

 

Actuellement la norme PEB impose une efficacité énergétique de nos bâtiments de plus en plus stricte, nous voyons les budgets d’isolation greffer fortement le budget de nos constructions de plus de 15% (voir les nombreux articles à ce sujet). La confédération de la construction demande actuellement une stabilisation voire une diminution de ces exigences PEB afin que tout un chacun puisse avoir encore un jour accès à la construction dans des conditions possibles pour tous.

Je suis entièrement d’accord avec cette idée de même voir dans un avenir proche une diminution des exigences PEB.

Pourquoi: Les moyens de chauffer les habitations sont de plus en plus performants (voir rendement -SPF des PAC), ce qui permet de réduire fortement la facture d’électricité pour votre chauffage et eau chaude.

Actuellement la consommation d’une habitation d’environ 150m2 chauffée sur les 2 niveaux peut avoisiner les 800 euros par an tout compris.

Nous pouvons vous prouver qu’en installant une PAC selon nos méthodes de dimensionnement précises, qu’en réduisant cette surisolation, demandée par la PEB, dont le surcoût est de plus ou moins sur l’ensemble de la construction (30000 euros en moyenne) votre consommation n’augmentera pas plus de 15% sur l’année soit donc une surconsommation de (800 x 1,15) soit: 120 euros, pour un investissement de moins de 15000€ au total pour une habitation sans isolation supplémentaire.

Ceci veut donc bien dire que l’investissement demandé par la PEB ne serait amorti qu’après (30000-15000/120) soit 125 années.

Rapport

Cliquez ici pour le téléchargement du rapport

 

Questions utiles:

Bien souvent nous sommes confrontés lors de nos rendez-vous à des questions qui reviennent et pour lesquelles notre expérience apporte des solutions et conseils :

 

Nouvelles constructions:

- Comment chauffer ?

Les nouvelles habitations sont dans l’obligation d’isoler le sol soit par une mousse PU ou un complexe de panneaux d’isolation afin d’éviter une déperdition importante du sol froid. La PEB l’exige, et cela est évident car les sols non isolés augmentent de 20% les pertes de chaleur et donc une consommation qui va en conséquence. Avec un sol donc toujours isolé, il serait dommage de ne pas prévoir un système de chauffage sol qui sera en plus moins cher en installation qu’une distribution classique avec des tuyauteries et des radiateurs.

 

Quel moyen de chauffage choisir ?

 Etant donné l’isolation et son chauffage sol d’un confort exceptionnel, nous devons donc afin d’éviter les bêtises faites dans les premières années du chauffage sol, de réduire la température de l’eau que l’on envoie dans les tuyaux de sol à des T° basses car sinon votre sol peut provoquer des inconforts de jambes lourdes. Comme les PAC ont les meilleurs SPF (Facteur de performance saisonnier) à des T° la plus basse possible (idéalement 35°C au départ) il est donc tout à fait logique de préconiser ce type de source de production de chaleur.

- PAC air/eau

 Ce type de PAC est intéressant par son prix de plus en plus attractif vu la forte demande dans ce type d’unités. Il est évident que celles-ci sont de meilleur rapport qualité/prix en comparaison avec une chaudière mazout classique avec production d’eau chaude. Le prix d’investissement global est bien moins cher. Le prix global comprend évidement chaudière, cheminée, cuve à mazout de stockage et ses accessoires (taque de visite, gaines, jauge, etc...).

La comparaison de la consommation est reprise dans notre rubrique comparative de consommation.

De plus dès septembre 2015, nous serons dans l’obligation d’installer des chaudières de type condensation qui auront un budget encore plus important et donc le prix de cette solution PAC Air/Eau sera encore plus intéressant en soi.

Attention toutefois à l’installation et au dimensionnement de votre chauffage sol, souvent nous sommes confrontés à des offres d’autres installateurs qui ne sont pas soucieux de votre consommation future et qui dimensionnent un chauffage sol à 45° voir 55°C, ce qui permet de gagner des tuyauteries et donc du budget pour une vente donc moins chère. Le SPF des PAC peut dans ce cas passer de 3,2 à des valeurs de 2 voire même moins dans des conditions de T° ext basse. Malheureusement, une fois votre PAC installée on ne peut plus rien faire et vous êtes dans l’obligation d’en assumer les conséquences de consommation.

Où installer son unité extérieure ?

A l’extérieur, évidemment car l’unité extérieure doit récupérer son énergie primaire dans l’air. Mais dans les versions que nous installons, la distance entre l’unité intérieure et extérieure peut aller jusque 25m sans soucis et sans perte de rendement. Il n’est donc pas obligatoire d’avoir le groupe extérieur contre la maison.

 

- Géothermie

Cette solution est encore plus performante. Le SPF peut aller jusque 5 même plus, mais demande une source de captage d’énergie primaire par des sondes géothermiques coûteuses qui sont pour moi un investissement pour l’avenir. Cette solution s’applique pour des maisons d’une surface plus grande où la PAC air/eau à ses limites de puissance et où la consommation est plus importante. Toutefois ne connaissant pas l’évolution du coût de l’électricité en Belgique, l’avantage n’est donc pas négligeable. Si vous optez pour une consommation nulle (maison à zéro énergie) votre investissement en panneaux photovoltaïques devra donc être moins important et donc votre coût global d'investissement plus en équilibre avec la solution en PAC Air/Eau.

L’avantage est que vous n’avez pas besoin d’unité de captage d’énergie à l'extérieur vu que vous puisez cette énergie dans le sol et donc une esthétique autre pour votre habitation.

Où installer la PAC?

L’ensemble technique sera donc à l’intérieur de la maison (Buanderie, garage, cave, ...). Il suffit de prévoir des fourreaux de liaison pour ramener les sondes vers le local technique.

Attention ! toutefois à la place de cet ensemble technique, car contrairement à la version Air/eau, la géothermie demande une place plus importante (+/- 4m2) du fait de son réservoir tampon qui est obligatoire pour reprendre le trop plein de production d’énergie en période de mi- saison. En effet le fonctionnement du compresseur ON/OFF dans ces versions doit être compensé par un stockage de cette énergie pour avoir un rendement du compresseur adéquat. Ceci n’est pas obligatoire dans la version air/eau car nous travaillons avec des compresseurs à vitesse de rotation modulante qui dégagent la puissance demandée instantanément et ce fonction de la demande réelle.

 

Régulation de votre chauffage ?

 

- Inertie du chauffage sol

• Qui dit chauffage sol dit système à inertie qui peut aussi être variable en fonction de l’épaisseur de la chape de sol (Chape classique ou anhydride ou revêtement sec).
• Il est donc nécessaire d’en tenir compte pour anticiper vos abaissements de température si nécessaire.
• L’inertie est une bonne chose quand on parle de stockage d’énergie, cela permet en fait de stocker vos besoins de chaleur la nuit à des prix moins coûteux et de la diffuser à volonté la journée ou le soir.
• Avantage certain de l’inertie en cas de panne de courant ou de blackout, vous gardez votre maison chaude même sans courant. (pas négligeable par les temps actuels et les ON/OFF de l’état Belge)

 

- Surchauffe / Ensoleillement

C’est une question souvent posée dans le principe du chauffage sol et de son inertie. Pour ma part, je n’ai pas de soucis avec cela. Tout dépend du dimensionnement du chauffage sol. Nous travaillons avec des températures d’eau très basse pour avoir le meilleur rendement de la PAC. Votre température de surface de sol est donc très basse ± 24°C +/-. Le rayonnement de la dalle ne se fera que si la température de l’air est inférieure à la température de la surface du sol. Si vous avez un ensoleillement important par vos grandes baies vitrées, par votre feu au bois ou par une occupation importante, la température de l’air peut évidemment monter à 24°C voire plus. Mais dès que l’on dépasse la température de surface du sol, le chauffage ne rayonnera plus. C’est un chauffage autorégulant. Vous aurez les mêmes soucis et une même augmentation de température avec des radiateurs. Cela ne vient pas du chauffage sol mais bien d’un manque de ventilation et de renouvellement d’air dans l’habitation. Cette sensation d’inconfort par la surchauffe de l’ensoleillement n’est dérangeante que si votre ventilation n’est pas correcte.

La surchauffe dans les habitations est estimée dans votre PEB.

En période estivale les PAC peuvent être réversibles pour compenser la surchauffe. Dans la version Air/eau, c’est le compresseur qui consommera du courant et vous enverra le l’eau à +/- 17° dans votre sol, ce qui vous permettra de rafraîchir de 2/3° votre habitation (C’est de base dans chaque PAC Air/eau). Dans le cas de la géothermie, un module complémentaire appelé "Natural Cooling" existe et permet un rafraîchissement identique avec comme avantage qu’il ne consommera que très peu de courant en effet c'est la température du sol qui naturellement rafraichira votre maison sans que le compresseur ne tourne. (C’est toujours une option en géothermie)

 

- Abaissement nocturne

Ce n’est pas une obligation et l’économie n’est pas réelle, votre courant de nuit coûte nettement moins cher que de jour et il faut y penser quand on est en chauffage électrique. Si vous avez des panneaux photovoltaïques, cela peut être différent. A voir, au cas par cas.

 Dans la majorité des installations que nous avons réalisées les personnes utilisent la même température jour et nuit avec du chauffage sol.

 

La PAC avec des températures ext. à - 10°C chauffe-t-elle encore ?

 C’est aussi une question fréquente.

En géothermie, la température du sol reste constante est identique à partir de 15m de profondeur et le rendement aussi. En sondes verticales, on peut atteindre jusqu’à 100m de profondeur donc pas d’implication sur le fonctionnement à -10°. En horizontal, c’est un peu différent car nous sommes à une profondeur de 1,2 m sur l’échangeur et donc on peut avoir une petite baisse de rendement mais nous sommes toujours à une T° acceptable et hors gel.

En air/eau c’est différent, et c’est évident que le rendement de la PAC sera influencé par la température extérieure. Nous pouvons vous montrer les valeurs de COP aux différentes températures extérieures qui prouvent bien que la puissance développée existe encore et dans certaines versions de PAC Air/Eau nous avons même des unités qui fonctionnent avec une puissance constante jusqu’à des températures extérieures de -15°C.

Pour information, la température moyenne en Belgique est de 6°C et les quelques jours par an de grand froid en dessous de 0°C sont rares. Vous avez également l’inertie de votre habitation qui compense cela.

Une bonne info: Le Zéro absolu est à -273°C ... On a de la marge.

 

Chauffer les chambres ?

Nombreuses sont les personnes qui ont investi dans des radiateurs à l’étage et qui ne les allument que très rarement... La question, en nouvelle construction, avec une PAC qui doit fonctionner à 35°C de température d’eau, est difficilement compatible avec des radiateurs qui doivent au min être alimentés à du 55°C d’eau... Dès lors la PAC, avec les pertes par transmission de liaison des tuyauteries, devra fonctionner à du 60°C min, ce qui grèvera le rendement global de la PAC. Il existe une solution d’un double circuit dans la version de PAC air/eau Ajitech permettant grâce à sa régulation de commander 2 circuits à des températures différentes mais le SPF global va souffrir.

Pour moi la question primordiale est de savoir si vous avez l’habitude ou non d’avoir besoin de chauffage dans les chambres.

Si oui, vous voulez un confort optimal de T° dans les chambres et envie de consommer le moins possible. Nous conseillons toujours un chauffage sol à l’étage mais cela doit être conçu directement dans le projet de l’architecte qui doit en tenir compte dans l’épaisseur de chape à l’étage. Celle-ci doit être de min 12 cm à cause de la mousse PU à installer. Ainsi grâce à des thermostats de zone par chambre, vous pourrez régler différemment la T° de confort de chacunes des pièces séparément et ainsi garder une fonctionnement de la PAC à 35°C d’eau, d'un SPF optimal et donc une consommation la plus basse possible.

Le coût du complexe chauffage sol par rapport à des radiateurs dimensionnés à du 55°C d’eau, min 3x plus grands, plus le coût de la tuyauterie et des accessoires de régulation ( 2 circuits différents avec 2 circulateurs et 1 vanne de modulation de T°). Le prix de l’ensemble chauffage sol mousse PU comprise sera moins cher qu’avec des radiateurs.

La question de l’inertie du chauffage sol dans les chambres est également une question pratique, souvent posée. Il faut juste en tenir compte dans une anticipation d’horaire de commande ou simplement garder une constante de température, ce qui est très souvent le cas.

Si non vous ne chauffez jamais les chambres. Pourquoi investir dans un système que vous n’utiliserez jamais ou très peu ? Un radiateur d’appoint fera bien l’affaire pour les quelques jours par an de besoins de chauffage ou pour les jours où les enfants doivent étudier dans leur chambre. Toujours intéressant également dans ce cas d’y adjoindre sur la commande du circuit prise des radiateurs électriques, une horloge de commande horaire afin d’éviter un fonctionnement de ceux-ci pendant la journée si les thermostats individuels sur les radiateurs restent allumés après votre départ précipité. C’est simple, ne coûte pas cher, et peut éviter une surconsommation importante de fonctionnement.

 

Chauffer sa piscine ?

 Beaucoup de solutions existent surtout pour des piscines extérieures. La PAC Air/Eau Ajitech a dans sa régulation de base une commande de température d’eau de piscine et via un simple échangeur Titane. Souvent, il est possible de chauffer la piscine en été car la puissance utile de la PAC ne sera plus nécessaire pour chauffer la maison pendant cette période. Le COP aux T° de chauffe piscine est également le meilleur car la T° ext est d’autant plus idéale pour son fonctionnement.Une autre solution est une version de PAC Air/eau avec échangeur d’eau de piscine direct et indépendante du système de chauffe qui a de bons rendements également et parfois même meilleurs que la version de PAC pour le chauffage. Seulement c’est une 2ème unité à l’extérieur à installer. Le coût de ces unités est environ le même que l’échangeur titane ci-dessus et ses tuyauteries de liaison.

Attention toutefois au prix élévé (car des options), de ces unités qui sont souvent vendues par votre pisciniste. De plus le SAV n’est pas toujours là car ils ne sont pas frigoristes et ont rarement pas le matériel pour la réparation ou l'entretien de ces unités. Un conseil demandez un devis chez nous ...

Avec une PAC géothermique, il existe aussi une solution avec échangeur de piscine mais assez coûteuse dans l’ensemble surtout que le nombre d’heures de fonctionnement de cette PAC sera augmenté par le besoin en énergie pour la chauffe de votre piscine. Ceci devra être calculé, non pas dans la puissance à installer pour votre PAC, mais bien à prévoir dans le dimensionnement des sondes géothermiques qui devront être augmentées en longueur d’échange et donc avoir un coût plus important. Cela devient donc relativement plus cher que les autres solutions ci-dessus. Un avantage de cette solution en géothermie c’est que vous n’avez pas d’unité à l’extérieur. En plus, tout sera installé dans le local technique.

 

Chauffer sa SDB

La SDB est une pièce qui doit souvent être chauffée toute l’année à des T° de +/- 24°C, ce qui pose problème avec les maisons bien isolées que l’on a aujourd’hui. En effet, dès que la T° ext passe les 15°C vous n’avez pratiquement plus besoin de chauffer votre maison et donc votre PAC se coupera et votre chauffage sol aussi. Seulement votre SDB aura toujours besoin de chauffage, et donc il faudra prévoir un appoint souvent électrique direct dans votre SDB. Pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable en y installant un sèche serviette électrique ? C’est encore mieux.

De plus, la surface des SDB ne permet pas de chauffer cette pièce à des valeurs de 24°C, et donc ce complément électrique sera même nécessaire en dessous de 15°C ext.

N’installez jamais un radiateur mixte (Eau de chauffage et électrique), car à 35°C de température d’eau, il ne donnera jamais suffisamment de chaleur pour atteindre la T° voulue. N’oubliez pas que nous cherchons toujours à optimiser le rendement de votre PAC avec des températures d’eau la plus basse possible.

 

Chauffer son eau chaude ?

L’eau chaude peut sans problème être chauffée par les PAC, mais encore une fois toujours privilégier de SPF global en ayant une T° d’eau chaude la plus basse pour compenser cela un volume de ballon sanitaire plus important. En géothermie, le min de réserve est de 390 litres, une place importante doit être prévue dans le local technique.

 La PAC sanitaire monobloc est également une belle solution car un rendement global d’environ 3,6 est possible. Une consommation de 3,6 fois moins cher que le simple boiler électrique. Attention ! Pour avoir droit à la prime de 750€ de la RW sur ce type de boiler il faut absolument prévoir un gainage sur l’extérieur de cette unité. Dommage, car la meilleure température est souvent meilleure dans les pièces techniques voire même parfois trop chaude à cause des frigos, congélateurs, chaudière. Pourquoi devoir absolument prendre l’air à l’extérieur ? Qu’en est-il du rendement de ces machines à une Température de 0°C ? Désolé mais je ne comprends pas toujours tout...

 

Entretenir sa PAC ?

L’entretien d’une PAC n’est pas compliqué si le circuit frigorifique a été bien installé et testé, un entretien annuel n’est donc pas une obligation mais actuellement nos fournisseurs nous demandent pour une question de garantie de leur machine une visite de vérification. En version air/eau une vérification et un nettoyage de l’unité extérieure s’avèrent quand même très utiles surtout en période de chute de feuilles ou de pollen.

En géothermie, rien de particulier sauf une vérification du glycol des sondes géothermiques. Nous avons installé une PAC géothermique, il y a 15 ans sans avoir eu besoin d’y mettre les mains depuis.

Notre client s’inquiétant de cela nous a toutefois demandé de venir voir si tout était en ordre....

Ces PAC géothermiques ont l'avantage d’être d’une fiabilité extraordinaire sans entretien nécessaire.

 

• Rénovations:

 La question de la rénovation est plus complexe que l’on ne pense.

• Solutions:

 - La rénovation basique :

La PAC Air/Eau classique et la chaudière condensation

Si remplacer sa chaudière actuelle par une nouvelle de type condensation est une évidence pour un gain annuel de min 35% de combustible, le fait de remplacer votre chaudière par une PAC l’est un peu moins. Il existe actuellement une version de PAC en relève de chaudière qui peut être couplée à votre installation existante et qui peut chauffer jusqu’à une température de 6°C ext. votre maison sans soucis. Mais vous aurez toujours besoin d’un complément de puissance par des températures inférieures à cela. Le budget global PAC ( 60°C ) et nouvelle chaudière ont un coût important dans ce cas, mais toutefois rentable si votre consommation électrique de la PAC peut être compensée par un surplus de production d’électricité de votre installation photovoltaïque. Vous aurez ainsi une consommation globale fortement réduite.

La PAC Haute température:

Si vous voulez remplacer votre ancienne chaudière par une PAC de type haute température et qui peut vous donner une température de 80°C sans souci, il est pour moi nécessaire, au départ du calcul de rentabilité, de définir exactement vos besoins en chauffage. Souvent, la rénovation des maisons se fait en parallèle avec une isolation de celle-ci, et donc vos déperditions ont déjà fortement diminué et vos besoins en puissance aussi. L’idéal est de passer par un audit énergétique qui définira exactement vos besoins et quasi la puissance nécessaire de la PAC HT. Nous travaillons en collaboration avec un bureau d’études spécialisé dans ce calcul, agréé par la RW.

Nous avons également un programme de rentabilité qui tient compte de beaucoup de facteurs financiers (évolution du coût des énergies, taux d'intérêt d’emprunts,...), qui permet de définir exactement votre retour sur cet investissement. Nous constatons souvent que sur 20 ans, vous êtes nettement bénéficiaires même sans photovoltaïque. Ce calcul ne se fait jamais à la légère mais nous sommes certains que l’avenir n’est plus dans les énergies fossiles. Le seul moyen d’y arriver passera par la PAC HT pour le remplacement de vos chaudières. Nous travaillons étroitement avec une banque qui a bien compris que le financement de cette technique d'avenir, aux taux actuels d’intérêt, était une opportunité intéressante pour tous.

Chaque projet est différent et une étude de faisabilité est nécessaire et gratuite chez nous. Mais un conseil, demandez un audit énergétique avant même de réaliser des travaux d’isolation parfois très coûteux.

Vous serez étonnés de la rentabilité d’investir dans une isolation par rapport au fait de changer sa chaudière par une PAC HT.

- La rénovation lourde:

Si vous rénovez complètement votre maison par une isolation profonde, il est dans ce cas tout à fait possible d’installer tout système de PAC classique. Cela reviendra à une situation identique à une nouvelle construction

Conclusion :

 L’ensemble de ces conseils et avis sont basés sur notre expérience dans le domaine de la PAC, ceux-ci n’ont valeurs que d’informations. Chaque situation et comportement de chauffe de chacun influenceront toujours un choix optimum de la solution. C’est pourquoi nous sommes attentifs à recevoir nos clients dans leur avant-projet, afin de les guider au mieux sur un budget et une solution personnalisée.

Notre salle d’exposition accessible uniquement sur RDV, vous permettra de visualiser les différentes solutions de chauffage et de ventilation que ce soit en Air/Eau ou en Géothermie.

A votre service…

Coordonnées

v-ts


Rue du Vieux Comté, 57 b
7543 - Mourcourt
Belgique

Tél fixe : +32.69.858.138
Fax : 069.858.471
E-Mail : [email protected]

HORAIRE SUR RENDEZ-VOUS :

Lundi8.00-12.0013.30-17.00
Mardi8.00-12.0013.30-17.00
Mercredi8.00-12.0013.30-17.00
Jeudi8.00-12.0013.30-17.00
Vendredi8.00-12.0013.30-17.00

 

VTS_chauffage_tournai_Techniques_Speciales_1

Actualités

vousavezunprojet_V-TS_Chauffage

COFIDIS : Mise en service en full auto via une gestion centralisé d’un ensemble de pompe à chaleur Air/air à récupération de 864.000 Watts

LES MARRONIERS : Travaux de Chauffage gaz 200 KW, radiateurs, ventilation en double flux de 7000 m3/H par groupe GOLD RX à roue SWEGON et sanitaires.

HAVINNES : Installation dans 2 maisons basse énergie : PAC Air/Eau AJITECH TIVANO 6KW avec eau chaude, chauffage sol, ventilation double flux Zhender :350m³/h et sanitaire.

MUTUALITE CHRETIENNE TY : Installation chauffage gaz REMEHA à condensation de 200 KW, radiateurs et groupe double flux GOLD RX de 3500 m³/h, sanitaire

J'accepteJe refuse C'est quoi un cookie ? Fermer

Vos préférences de cookie ont bien été modifiées